ONU et Violation des Droits de l'homme-Le Cameroun sur la sellette

Publié le par Castro

Le Comité des Droits de l'Homme du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme prévoit de se pencher du 24 au 25 octobre à Genève(Suisse) sur la situation des droits de l'homme au Cameroun au moment où ses citoyens d'expression anglaise sont en proie à une violente répression de leurs revendications par le régime au pouvoir.

Une action consécutive à une sortie médiatique de Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) appelant les autorités camerounaises à ''mener des enquêtes impartiales et efficaces''  après ce qui convient d'appeler ''le massacre du 01 octobre'' qui aurait fait selon le Réseau de Défense des Droits de l'Homme pour l'Afrique Centrale(REDHAC), au moins 100 morts par balles  parmi les civils en pleine manifestation commémorative de la réunification du Cameroun sous fond de proclamation d'indépendance de l'ancienne "Southern Cameroon'' par les militants séparatistes.

Une étape sérieuse qui aura pour particularité d'offrir une large tribune d'expression et de présentation des éléments accréditant les violations perpétrées à 18 experts indépendants mais aussi aux ONG internationales et nationales de défense des droits de l'homme.

Ce comité a pour mission de surveiller la mise en oeuvre des instruments juridiques en matière de droits de l'homme ratifiés par les états parties. L'Etat du Cameroun, pour avoir signé et ratifié ses conventions internationaux dont certains sont repris dans sa constitution, est aujourd'hui pour l'ensemble de son oeuvre répressive depuis le début des revendications anglophones, sur la sellette, un très mauvais signe pour les donneurs d'ordre et les auteurs de crimes...

Publié dans THE ANGLOPHONE PROBLEM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article